Connaissez-vous le complexe de la roue du hamster ? Avec le télétravail, l’enfilade de réunions en visio s’est accentué. Bien entendu, les écouteurs sont venus se greffer naturellement aux oreilles. Or, celles-ci n’ont pas la capacité d’absorber cette quantité d’énergie formant le stress acoustique. Au-delà d’elles, c’est votre cerveau qui est mis en difficulté et vos centres nerveux.

Alors qui fait tourner la roue ?

Télétravail les bonnes pratiques

Savez-vous pourquoi l’oreille n’a pas de clapet, de paupières ? Vous donnez votre langue au chat ? Chaque chose a une utilité.

C’est pour cela qu’il est nécessaire de se protéger du bruit toxique en portant des PICB. Mais attention, pas d’écouteurs à plein volume ou d’autoradio à fond les basses ! Les cellules ont été préservées toute la durée du port du PICB et là vous leur envoyez une bonne claque.

Le silence n’existe pas dans la nature. Offrir un temps de récupération, ce n’est pas s’imposer le silence mais se mettre au calme. On lâche les écouteurs, les enceintes, la TV, la radio tout ce qui peut solliciter les cellules de l’oreille pour les laisser respirer. Testez et voyez si vous entendez le monde différemment. Dans tous les cas, il s’agit d’une règle d’or pour faire la différence entre entendre et bien entendre.

Un Québécois sur deux souffrent d'acouphènes passagers ou permanents. Ce sysmptôme ORL est particulièrement envahissant et destabilisant pour les patients qui en souffrent. Si la principale cause de survenue demeure la presbyacousie - baisse des capacités auditives avec l'avancée en âge - les modes d'expositions sonores occupent une grande part des traumatismes sonores aigus ou chroniques à l'origine de leur apparition. Sondage CROP 2019 pour Journée Nationale de l'Audition